top of page

Être une femme et se raser les cheveux

Une expérience initiatique profonde




Je vais vous parler avec mon cœur et mon âme, comme j’aime le faire depuis longtemps déjà, pour partager avec vous une expérience forte que j’ai vécu le Dimanche 4 Juin 2017.



De l'idée folle de me raser les cheveux...


Depuis plus d’une semaine, une idée presque folle me trottait dans la tête, et cette idée semblait émaner tout droit de mes profondeurs. Cette envie était de vivre fort et de nettoyer mes vieilles mémoires et les anciennes énergies, en me coupant totalement les cheveux.


Depuis des années, je ressens les énergies qui nous gouvernent et que nous créons. J’ai donc découvert que nos cheveux étaient les porteurs inlassables de nos mémoires et traumatismes, de notre expérience de vie au fil des ans.


J’ai également senti que la chimie contenue dans les multiples colorations que j’ai faites était un « brouilleur de cartes » du point de vue énergétique.

" Nos cheveux sont situés à l’endroit de notre corps mental dans notre aura, et cela n’est pas anodin ! Les colorations, la nourriture de basse vibration, le blé modifié, le sucre… tout cela brouille nos perceptions en créant un trouble énergétique au niveau de nos canaux de réceptivité."

Il me fallait faire table rase et éclaircir mon esprit, pour laisser la place à de nouvelles énergies ensuite. Mes cheveux me devenaient presque insupportables…


J’ai beaucoup réfléchi à cette décision, à ses fondements et à son caractère irréversible !

Bien sûr les cheveux repoussent, j’en suis ravie, merci dame nature :)


Mais ils poussent à raison de 1cm par mois environ, soit 12 cm par an, soit 4 longues années pour retrouver des cheveux longs si je le souhaite.



Et les peurs profondes qui remontent


Mon choix était de couper totalement mes cheveux d’un point de vue purement énergétique et initiatique. Mais cela allait engendrer forcément un nouveau look, qui lui n’était pas mon choix de base!

" Serai-je toujours une femme sans mes cheveux ?" " Qu’est-ce que la beauté, finalement… "Et comment vais-je vivre la HONTE d’avoir un aspect physique HORS NORME? "Et qu'elle est l’idée que je me fais du regard de l’autre sur moi ?"

Les projections des autres sont si variées !


Et je me suis dit, au fond…

Si nous nous fions à ce que les autres pensent de nous, ou pire ! A ce que nous CROYONS qu’ils vont penser de nous, comment ne pas devenir FOU ?! A s'en arracher les cheveux, vous en conviendrez..




Car la façon dont l’autre nous perçoit n’est au final qu’une projection de son propre univers sur nous. Et cela ne nous appartient nullement comme vous le voyez sur le dessin. (Oui oh, je ne me suis pas beaucoup appliquée, mais le message est plus important que la forme là ^^)


De plus, à cela nous rajoutons une couche de croyances, qui sont nos propres peurs, qui nous appartiennent et que nous projetons sur l’autre aussi…


C’est sûr, nous sommes tous FOUS ;)


Et la femme?


J’ai aussi eu une pensée pour toutes ces femmes qui ont une maladie et ont subi la perte de leurs cheveux. J’ai aussi pensé aux hommes malades bien sûr, mais la perte des cheveux pour une femme est sans doute bien plus impactant pour son image et son rapport à la société. Nous parlons de ce qui représente l’identité suprême de la féminité apparente !


Nous les femmes, portons sur nos épaules le lourd karma de la croyance de l'infériorité par rapport à l’homme, et du besoin d’être un faire valoir de l’homme, par notre apparence extérieure. Une femme doit mettre en avant son corps, pour être… aimée. Et s’aimer elle-même.


Mais nous ne nous aimons que peu, et c’est triste.